‘’ Quand j’ai commencé à écrire […], j’écrivais exactement le type d’histoires que je lisais dans les livres : les personnages étaient blancs aux yeux bleus, ils jouaient dans la neige, ils mangeaient des pommes et ils parlaient souvent du temps, que c’était super quand il y avait du soleil. Et ceci malgré le fait que je vivais au Nigeria et que je n’avais jamais vécu ailleurs qu’au Nigeria. Que nous n’avions pas de neige, que nous mangions des mangues et que nous ne parlions évidemment jamais du temps parce que c’était pas nécessaire ! ’’ confie l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie lors d’une conférence TED.

Voilà la raison pour laquelle, il est important que nous ayons de livres qui racontent des histoires qui nous ressemblent. Avec des gens qui nous ressemblent. Avec des problématiques qui sont les nôtres.

Dans mon défi 27 livres afro en 27 semaines, je résume plutôt des livres d’Histoire, de réflexion ou de géopolitique liés à l’Afrique et aux afrodescendants. Ce sont des livres où j’apprends des choses que je peux partager avec vous. Ceci laisse peu de place pour les livres qui ‘’racontent des histoires ‘’. Ainsi, je vais profiter de cet article pour vous présenter mes 10 romans afro préférés !

Et vous, quels sont vos livres afro préférés ? Dites-le-moi en commentaire !

1. L’autre moitié du soleil, Chimamanda Ngozi Adichie

Dans le Nigéria des années 1970, l’auteure nous raconte l’évolution de 2 sœurs juste avant et pendant la guerre du Biafra. Bien qu’ Americanah soit le roman pour lequel Chimamanda Ngozi Adichie est très connue, pour moi, L’Autre Moitié du Soleil est de loin le meilleur roman qu’elle n’ait jamais écrit (ex-aequo avec Hibiscus Pourpre). C’est simple, arrivé à un certain moment de l’histoire, je ne pouvais tout simplement plus m’arrêter de lire. On est imprégné, on a l’impression de connaitre chacun des personnages comme s’ils étaient nos amis, notre famille. La qualité de l’histoire en sert magistralement la partie historique où l’on voit clairement que Chimamanda Ngozie Adichie avait la volonté de communiquer, partager, expliquer et informer sur l’histoire de son pays. Du coup, le Nigerian Biyi Bandele en a même fait un film, je vous laisse découvrir la bande annonce.

2. Petit Pays, Gaël Faye

C’est le premier livre que j’ai lu quand je me suis ‘’ remise à lire des livres ‘’ il y a 2 ans. Petit Pays relate l’histoire d’un petit garçon métisse de 10 ans née d’un père Français et d’une maman Burundaise. Sur fond de génocide rwandais, on vit l’évolution des personnages pendant ce drame historique. Beaucoup de sujets traités : la construction identitaire d’un enfant métisse, le conflit entre Tutsi et Hutu ou encore le mal du pays d’un Africain ayant quitté son pays pour vivre sous la grisaille parisienne. On s’attache très rapidement au personnage principal, à sa vie, ses habitudes, ses amis, sa petite sœur. On a l’impression qu’on pourrait reconnaître cette fameuse ruelle dont il parle si souvent dans le livre, on pourrait la reconnaître et se souvenir d’y avoir joué avec lui. Attention, je pensais qu’il s’agissait d’un roman autobiographique de Gaël Faye, mais en réalité il s’agit d’une fiction très fortement inspirée de son enfance. Ainsi, certains passages ont réellement été vécus par l’auteur, d’autres ont été imaginés. Gaël Faye étant avant tout un rappeur, cela m’a amené à m’intéresser à l’artiste. Et je dois avouer que je n’ai pas non plus été déçue : ses chansons Petit Pays et Tôt le matin sont top et comptabilisent à eux seuls plus de 5 millions de vues sur YouTube !

3. Le sanglot de l’homme noir, Alain Mabanckou

Drôle, étonnant, léger, déroutant. Je crois bien que ce livre est si prenant qu’il peut se lire d’une traite. Et c’est le cas de le dire ! L’auteur congolais a décidé de ne mettre aucun point dans ce livre !  J’aurai pu choisir un livre plus connu d’Alain Mabanckou comme Petit Piment, mais Le sanglot de l’homme noir m’a particulièrement interpellé. Pourquoi ? Parce qu’il fait écho à ce que je veux défendre dans Abenafrica :  La conscience d’un véritable lien entre les afrodescendants du monde entier. La conscience que ce lien ne se résume pas qu’à l’esclavage, la colonisation et l’immigration, mais a bien plus. Et tout cela est fait d’une manière intelligente et entraînante. A découvrir de toute urgence !

4. No Home, Yaa Gyasi

Je ne sais pas comment décrire ce livre.  En fait, je ne sais pas par où commencer.  Je l’aime parce que l’histoire commence au Ghana. Premier endroit où j’ai posé le pied sur le continent africain (et raison pour laquelle j’ai choisi ‘’Abena’’ ). Je l’aime parce qu’il est raconté de manière originale : l’histoire part de 2 demi-sœurs séparées sans ne jamais s’être rencontrées (l’une au Ghana, l’autre aux Etats-Unis, à cause de la traite transatlantique). Et on voit l’évolution de la descendance de chacune des sœurs sur 7 générations ! Je l’aime parce qu’il parle de l’esclavage différemment. Je l’aime parce que dans chaque chapitre, on fait connaissance avec un nouveau personnage. Et, au fil des pages, comme dans une série, on comprend les connections avec chacun d’entre-deux. Je l’aime parce qu’en 1 seul livre, l’écrivaine ghanéenne-américaine arrive à aborder les sujets qui touchent les afrodescendants du monde entier : la question identitaire d’être Noir dans un pays de blancs, le militantisme, les traditions africaines, etc. Lisez-le. Dégustez-le. Madame Gyasi, merci.

5. Une si longue lettre, Mariama Bâ

Un livre poignant. Un livre engagé. Un livre prise de conscience sur la vie de beaucoup de femmes africaines. Ramatoulaye Fall est une femme sénégalaise qui vient de perdre son mari. Elle écrit une lettre à son amie d’enfance, Aïssatou Ba installé aux Etats-Unis. Elle y raconte son quotidien. Sa vie de femme, de mère, d’épouse (d’abord d’épouse seule, puis quand son mari décide de prendre une seconde femme). Ce livre est inspirant et bouleversant à la fois. Il m’a poussé à réfléchir sur la polygamie ou encore sur la question du féminisme et de la modernité dans les traditions africaines. Sujets que j’aborde d’ailleurs dans cet article ou dans celui-ci. Je vous invite à le découvrir. En plus, il se lit très vite.

6. Amkoullel l’enfant peul (Mémoires I, 1991), Amadou Hampâté Bâ

Avec Amadou Hampâté Bâ, nous faisons escale au Mali. Dans ce roman autobiographique, il nous raconte son enfance au Mali. On en apprend sur la culture malienne et sur le royaume de Bandiagra. On voit comme elle était belle l’Afrique d’avant colonisation. On fait hommage à la tradition orale, propre au continent africain. On parle de respect, de l’importance de la figure maternelle dans l’éducation et du rapport à l’islam. C’est un classique de la littérature africain. Et ce qui est bien, c’est que si vous aimez ce livre, une suite existe. Il s’agit de : Oui mon commandant ! (Mémoires II, 1994). Je ne l’ai pas encore lu, mais j’ai hâte de m’y plonger !

7. Une colère noire : lettre à mon fils, Ta-nehisi Coates

Dans une Amérique à l’ère du Black Lives Matter et des White calls des blancs qui appellent la police parce des Noirs font un barbecue dans un parc ou parce qu’ils attendent tranquillement des amis à l’intérieur d’un Starbucks Café. Ta-nehisi Coates met en scène dans ce livre un père qui écrit une lettre à son fils de 15 ans. ll explique et lui donne ses conseils à son fils pour qu’il réussisse à évoluer dans l’Amérique d’aujourd’hui. “Voilà ce qu’il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition, un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J’ai décidé de ne rien te cacher”. Ce livre est le cri d’une colère sans filtre. Une réflexion sérieuse sur la société américaine. Je recommande ce livre parce qu’il est vrai et sans tabou.

8. Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, Maya Angelou

Maya Angelou est une figure importante du mouvement américain des droits civiques. Mais pas seulement ! Quand j’ai découvert l’histoire de cette femme, je me suis demandée comment il était possible de faire autant de chose dans une seule vie : actrice, danseuse, cuisinière, chanteuse, prostitué, journaliste. Elle milite auprès de Malcolm X et Martin Luther King, elle se lie d’amitié avec James Baldwin. Ce livre est aussi riche que sa vie. Dans une Amérique ségrégationniste, on en apprend sur la vie de la jeune femme comme sur l’évolution de la condition des Noirs aux Etats-Unis. Et si ce livre vous plait, sachez qu’il est le 1er d’une liste de 7 romans autobiographiques de l’auteur. Il n’y a plus qu’à savourer !

9. Tout s’effondre, Chinua Achebe

Ce livre est un bijou de la littérature africaine pour 2 choses. La première, c’est que nous avons ici un récit qui nous parle de l’Afrique avant la colonisation. De ces valeurs, de ces traditions, de sa puissance. La deuxième, c’est que nous avons le point de vu d’un africain, et non d’un faux explorateur européen venu nous donné sa vision européo-centrée. Ce qui, en 1958 (date de parution du livre), n’est pas anodin ! Nous nous trouvons au Nigeria, Chinua Achebe montre l’impact dévastateur de l’arrivée des britanniques sur la vie culturelle et tribale des groupes de personnes (conversion forcée au christianisme face au culte des ancêtres, place de la femme, etc).

10. Mariage de plaisir, Tahar Ben Jelloun

C’est un livre qui est nécessaire. Pourquoi ? Parce qu’il traite d’un sujet dont on parle peu (ou alors à voix basse) : le racisme envers les Noirs en Afrique du Nord. Ce qui est bien, c’est qu’il ne s’agit pas juste d’une œuvre qui dénonce pour ‘’juste ‘’ dénoncer. Non. L’histoire des personnages sert magistralement le message porté et propose des clefs de réflexions sur ce sujet très tabou. Et ce n’est pas tout, cela nous est exposé à travers une histoire poignante. Celle d’Amir. Riche commerçant marocain marié et père de 4 enfants, il va à Dakar pour affaires. Là-bas, il contracte avec Nabou, une femme Sénégalaise, un ‘’mariage de plaisir’’. En d’autres termes, un mariage qui ne durera que le temps de son passage dans ce pays ouest africain. Mais Amir fini par tomber amoureux et décide de rentrer au Maroc avec Nabou. C’est là qu’on assiste, à travers Nabou, au racisme très dur des Noirs dans les pays arabes.

BONUS. L’histoire de l’Afrique et de sa Diaspora, Jahlyssa Sekhmet

Et un petit dernier pour la route ! Bon, je me confesse, celui-ci n’est pas un roman mais je voulais absolument qu’il figure dans mon top 10. Je dis souvent que le problème en France est que l’Histoire de l’Afrique est trop peu étudiée à l’école (ou pire : mal étudiée !). Dans ‘’la note d’Abena’’, je parle de ma frustration de voir notre Histoire constamment renvoyée à l’esclavage et la colonisation. Comme s’il n’y avait rien eu avant ! Ici, la talentueuse Jahlyssa Sekhmet rectifie le tir ! Elle a créé un livre pédagogique sur l’Histoire du continent. De la préhistoire à nos jours, tout y est ! Pourquoi ce livre est nécessaire ? Raison 1 : Il est fait comme les livres scolaires de nos enfants (couleurs, définitions, mise en avant, focus sur un événement ou une personnalité, etc). Donc c’est parfait pour les parents qui veulent transmettre et faire connaitre l’Histoire des afrodescendants à leurs enfants. L’auteure a même préparé un cahier d’exercices en lien avec le livre ! Raison 2 : Selon moi, ce livre est en réalité aussi utile pour les petits comme pour les grands (puisqu’à eux non plus on ne leur a pas appris leur Histoire à l’école…) ! D’ailleurs, j’ai appris tellement de choses qu’il sera le prochain livre que je ‘’résumerai’’ pour mon défi 27 livres en 27 semaines. Je vous le recommande vivement, pour vous, comme pour vos enfants !

Voici la sélection Abenafrica ! Et vous, quels sont vos livres afro préférés ? Dites-le-moi en commentaire !

Join the discussion 2 Comments

Leave a Reply