Est-ce que vous vous souvenez de ce petit homme qui a dit un jour : « Le problème de l’homme africain, c’est qu’il n’est pas assez entré dans l’histoire ! »  Vraiment monsieur ? Hm…ok. Allez, assieds-toi, et écoute la suite.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un des hommes les plus importants de l’Histoire du monde, mais dont pourtant personne ne parle.

Cet homme c’est Mansa Moussa et il est pour l’instant l’homme le plus riche que notre humanité n’ait jamais porté.

Mansa Moussa, l’homme le plus riche de toute l’humanité…

En effet, en prenant compte de l’inflation au cours des siècles et du cours de l’or actuel, c’est l’étude du journal Celebrity Networth qui a placé Mansa Moussa en haut du podium. Sa fortune est estimée à 370 milliards d’euros, soit 400 milliards de dollars. Ce qui est près de 3 fois celle de Jeff Bezos, fondateur d’Amazon et homme le plus riche du monde actuellement.

Mansa Moussa, ce n’est pas que ça ! Ah, et je vous préviens tout de suite, vous entendrez parler de lui sous différents noms : Kankou Moussa, Moussa Le Grand, Kanga Moussa. Ici, nous l’appellerons Mansa Moussa. ‘’ Mansa ‘’ c’est ce qui signifie ‘’ roi des rois ’’ et qu’on traduit souvent à ‘’Empereur’’ quand on souhaite adapter cela à notre référentiel européen. Et oui, en 1312, cet illustre personnage devient le 10ième Mansa, de l’empire du Mali.

Et là encore petite parenthèse !  Dans mes recherches, quand j’ai lu ‘’empire du Mali’’, je me suis dit « hm…ok…donc le Mali que je connais aujourd’hui, c’est un pays, mais avant c’était un empire. ok cool… » !

En fait, ce n’est pas vraiment cela. L’empire du Mali au 14ième siècle s’étend en réalité sur plusieurs des pays que nous connaissons aujourd’hui : le Mali, le Burkina Faso, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, une partie de la Mauritanie, du Ghana et de la Côte-d’Ivoire. Au 14ième siècle, l’empire du Mali c’était tout ça. Et à cette époque, il rassemblait un ensemble de plusieurs royaumes.

Mansa Moussa, l’homme le plus riche, mais pas que…

Bon, je reprends : Mansa Moussa, ce n’est pas que ça !  Au temps de Mansa Moussa, nous avons un empire organisé, où règne prospérité et abondance. Et ce grâce à plusieurs choses. Premièrement grâce au fleuve Niger, véritable colonne vertébrale de l’empire qui permet le transport des produits des mines – d’or et de cuivre – d’un bout à l’autre de l’empire. Ensuite grâce à ses ressources naturelles notamment du sel et de l’or. L’empire est considéré à l’époque comme la plus grande ressource d’or du monde. Enfin, grâce à un système politique et judiciaire très élaboré.

Le roi des rois est aussi un homme bâtisseur. Il fait construire par les architectes du royaume plusieurs bibliothèques – des madrasa –  comme celle de Sankoré située à Tombouctou. Une madrasa c’est quoi ? C’est l’équivalent d’une université. On y confère un enseignement scientifique aussi bien que religieux. Celle de Tombouctou est d’ailleurs considérée comme la 1ère université au monde. Les écrits montrent que cette madrasa possédait une des bibliothèques les plus riches de l’Afrique avec 700 000 manuscrits, et également des mosquées comme la magnifique mosquée de Djenné qui reste aujourd’hui le plus grand édifice en terre cru au monde. Mansa Moussa fait de Tombouctou le carrefour des intellectuelles et des poètes arabes et africains.

La mosquée de Djenné

Et Mansa Moussa ne s’est pas arrêté là. Au niveau international, c’est sous son règne que le commerce transsaharien prend un essor spectaculaire. Il fait des villes de Djenne, Tombouctou, Ségou et Gao de véritables pôles commerciaux, intellectuels et culturels. L’empire exporte les épices, l’or, le cuivre, l’ivoire et importe le tissu, l’encens et le sel. Il instaure également des relations diplomatiques avec le Portugal, la Sicile, l’Egypte, Maroc et la Tunisie.

 

Un pèlerinage pas comme les autres…

L’événement qui fera vraiment parler de lui, est son fameux pèlerinage à La Mecque en 1324. On raconte dans certains écrits que la suite qui l’accompagne pour son voyage vers La Mecque est composée de tellement de personnes que la tête de la cavalerie arrivait déjà à Tombouctou alors que Mansa Moussa venait à peine de quitter Niani (capitale de l’empire) ! Et c’est peu de le dire, il était accompagné de 60 000 hommes, 12 000 serviteurs, 100 dromadaires. Pour vous donner une idée, c’est presque l’équivalent d’un Stade de France entier. Chacun des sujets transporte une certaine quantité de soie et d’or. 150kg pour les dromadaires par exemple, 2 kg pour les serviteurs. Jusqu’alors peu connu du reste du monde, le souverain et ses richesses venues d’ailleurs attisent peu à peu la curiosité…

Et c’est peu de le dire : pendant ce long périple d’un an, Mansa Moussa construit une Mosquée chaque vendredi, dans la ville où il s’arrête. Mais sa générosité ne s’arrête pas là. Dans l’esprit du pèlerinage, il distribue des quantités importantes d’or dans les villes où il passe. Bon il en distribue un peu trop…. L’afflux d’une quantité d’or si importante dans ces régions du jour au lendemain provoque une dévaluation de l’or et une augmentation fulgurante des produits de consommation. Notamment à Médine et à La Mecque, mais surtout au Caire, où Mansa Moussa avait fait une pause de près de 3 mois. On pourrait dire que c’est le 1er krack boursier du bassin méditerranéen !

Alors, le Mansa essaye de rectifier le tir. Et pour rééquilibrer le marché, il décide d’emprunter à haut intérêt le maximum d’or possible auprès des prêteurs du Caire. En gros, ce grand monsieur a distribué énormément d’or. Et là, dans le plus grand des calmes, il décide de faire un prêt (donc de l’argent qu’il a lui-même donné, et avec intérêts !). Malheureusement l’impact a été trop important et les marchés ne retrouveront pas leur stabilité avant une dizaine d’années. C’est la seule fois dans l’Histoire qu’un homme contrôle à lui seul le cours de l’or sur tout le bassin méditerranéen.

Et là, je dois encore faire une petite parenthèse ! Mais promis, c’est la dernière ! Ce célèbre périple de Mansa Moussa en route vers La Mecque peu porter à confusion. On pourrait se dire : ‘’ Ah ok, donc dans l’empire du Mali ils étaient déjà musulmans pour la plupart ! ’’.

Il n’en est rien. A l’époque, la majorité de la population conserve encore ses croyances traditionnelles. Seule l’équipe dirigeante ainsi qu’une faible partie de la haute noblesse sont convertis à l’Islam.

 

Bref, je conclus…

La conséquence de ce pèlerinage, c’est qu’après ce voyage, la renommée de Mansa Moussa ainsi que les richesses de son empire retentissent au-delà des frontières africaines. En 1375, le cartographe d’un royaume espagnol dessine plusieurs croquis représentant un début de carte monde : c’est l’Atlas Catalan. Et sur cette carte, Mansa Moussa trône au centre de l’Afrique, une pépite d’or à la main (croquis ci-dessous). Le roi des rois a ouvert les yeux du monde sur la richesse et la puissance de cette région du continent africain. Bon, la suite…on la connait…

Représentation d’une partie de l’Atlas Catalan – Mansa Moussa est représenté en bas à droite de l’image.

Ou Té Sav Sa ?

– Le Saviez-vous ?-

A l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance du Mali, une pièce d’or commémorative « Mansa Moussa » a été lancée le 22 Septembre 2010 ! Et pour plus de Ou Té Sav Sa, rejoignez-moi sur instagram !

Et vous ? Aviez-vous déjà entendu parler du 10ième du plus plus riche de tous les Mansa ?

Abenafrica – Révélez l’afro curieux qui est en vous !

Abena

Author Abena

More posts by Abena

Join the discussion 2 Comments

Leave a Reply