Laissez-moi vous raconter la conversation que j’ai eu hier avec un collègue….


Mon collègue
:  “Et mais Sandy pourquoi t’as posé ton 27 Mai ? ‘ya pas de pont hein ! ”

Moi : “Le 27 c’est l’abolition de l’esclavage”

Lui : “Hein ? Mais n’importe quoi j’ai vu j’sais plus où mais c’est demain, c’est le 10 ! MDR même toi t’es pas au courant ”

Moi : “Le 27 mai c’est l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe. Le 10 mai c’est une date sur laquelle ils se sont tous mis d’accord pour commémorer toutes les abolitions le même jour.” #PlusPratique …

Lui : “aaah ok”

Moi : “D’ailleurs le 27 Mai c’est férié en Guadeloupe, mais pas ici. Autant le 14 Juillet, ça n’a eu aucun impact sur mes aïeux, autant le 27 Mai a vraiment un sens pour moi. Donc voilà. Je pose ma journée. Et je célèbre.”

10, 23, 27 mai ? En effet, la chronologie des abolitions c’est plusieurs dates différentes ! Tout part du 27 Avril 1848 (ou presque) : c’est l’adoption du décret Schoelcher pour l’abolition de l’esclavage. Mais l’application réelle de ce décret se fait au fur et à mesure dans les différentes colonies ! En d’autres termes, bien que le décret ait été officialisé le 27 Avril 1848, l’esclavage continuait dans les colonies françaises.

Ah oui, j’ai oublié de vous dire ! A l’époque Guadeloupe, Martinique, Mayotte, Guyane, Réunion = Colonies françaises. Pas ‘’DOM TOM’’ ou ‘’Territoires d’Outre-mer’’. Colonies.

Bon, je continue.

Du coup, j’imagine que vous voudriez savoir pourquoi est-ce que l’esclavage continuait alors qu’il avait officiellement été aboli ? En réalité, ce que prévoyait ce décret, c’est que l’application réelle se fasse 2 mois après réception du-dit décret par les colonies.

Et là vous me dites ‘’ ok, mais pourquoi 2 mois ?’’ C’est très simple. Ces messieurs du gouvernement français souhaitaient abolir l’esclavage uniquement après la saison des récoltes de la canne à sucre, de manière à ce que les planteurs esclavagistes ne soient pas trop perturbés….

Bref, no comment.

Voilà seulement tout ne s’est pas passé comme prévu ! Dans certaines colonies, en Martinique notamment, la nouvelles est arrivés aux oreilles des esclaves plus vite que prévu, ils se sont donc révoltés et le GOUVERNEUR s’est vu obligé d’abolir l’esclavage sans préavis ! Dans d’autres (Guyane), l’information a été transmise de manière plus lente et donc l’abolition a été plus tardive.

Allez, je vous fais un mini récap’ :

 

14 Février : GUADELOUPE | Mais comment ça le 14 Février ? Sandy tu viens de nous dire que c’était le 27 Mai ! Attends, je t’explique. En fait, il s’agit de la première abolition de l’esclavage en Guadeloupe : 14 Février 1794. Mais, Napoléon rétablit l’esclavage 6 ans plus tard (en 1802). Sur mon compte instagram, je vous ai d’ailleurs récemment parlé d’un des plus grand résistant Guadeloupéen qui s’est battu pour que l’esclavage ne soit jamais rétabli en Guadeloupe.

27 Avril : MAYOTTE | Et là vous me dites ‘’Ah parfait, donc pour Mayotte l’esclavage a été aboli le jour même de l’officialisation du décret ! Le 27 Avril ! ’’ Et bien non, il s’agit d’une pure coïncidence ! L’esclavage a bien été aboli un 27 Avril, mais…. 2 ans avant le fameux décret Schoelcher, soit en 1846 !

10 mai |C’est le jour d’ l’abolition de…. ? Personne ! Le 10 mai est la Journée Nationale des mémoires de la Traite Transatlantique, de l’esclavage et de leurs abolitions. C’est ce jour-là en France hexagonale, où le président fait son discours. C’est aussi ce jour qui s’est petit à petit imposé comme le jour de commémoration national pour palier les nombreuses dates du calendrier des abolitions. Cette date été choisie en 2006. Le 10 Mai 2001 c’est aussi la date de la Loi Taubira : Loi tendant à reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. Cette date du 10 Mai fait polémique chez certain car initialement on y faisait référence par rapport au ‘’10 Mai 1981’’ date à laquelle Mitterrand était arrivé au pouvoir. Rien de bien symbolique pour nous…

22 Mai : MARTINIQUE | Date à laquelle l’abolition a été officiellement prononcé en Martinique, sous la pression des esclaves qui ont eu vent du décret. Et oui, les informations circulaient d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Ainsi, suite à une importe révolte de ces personnes réduits à l’esclavage, le gouverneur de l’île se voit obligé d’officialiser la fin de l’esclavage, sans même attendre l’arrivée officielle du décret !

23 Mai | Jour de commémoration de l’abolition de l’esclavage pour les Français d’Outre-mer de l’Hexagone. Date instaurée en 2008.

27 Mai : GUADELOUPE | Il s’agit donc ici du 27 Mai 1848 et de la 2ième (et définitive) abolition en Guadeloupe.

10 Juin : GUYANE | C’est le 10 Juin que nous retenons pour la commémoration de l’esclavage, mais en réalité la promulgation de la loi n’a pris effet que le 10 Août 1848 !

20 Décembre : RÉUNION | Abolition sur l’île de la Réunion. Elle est tardive car il y eu une résistance de la part des colons esclavagistes.

Et voilà les différentes dates qu’il faut concernant les abolitions autour des anciennes possessions françaises.


A savoir
: Aujourd’hui, aucun jour férié national n’existe en France pour commémorer ces événements d’une telle portée historique que sont les abolitions de l’esclavage… Des discussions avait eu lieu pour fixer ce jour au 10 Mai. Mais au-delà de la ‘’date polémique’’, on a estimé qu’un 10 mai passerait inaperçu dans un mois avec autant de jours fériés. Il a aussi été dit qu’il valait mieux que les enfants aillent à l’école ce jour-là pour justement avoir une journée consacrée à l’esclavage.

Moi je dis que si le 10 Mai vous dérange, il y a pleins d’autres jours dans l’année ! Et je trouve qu’il est très problématique qu’en 2019 en France, ces différents jours de commémoration sont réduits au rang de “fêtes locales” (termes du site officiel de l’administration française). On commémore (férié) le 27 Mai uniquement en Guadeloupe, le 22 Mai uniquement en Martinique et ainsi de suite. On célèbre cela, chacun dans notre coin, mais surtout bien loin de l’hexagone. Comme au temps des colonies… (L’esclavage était légal dans les colonies françaises – Guadeloupe, Martinique & co – mais interdit sur le territoire Français…). Comme si cela ne concernait qu’une partie des français…

Pour répondre à la complexité du calendrier,  le CNMHE (Comité National pour la Mémoire de l’Histoire de l’Esclavage) a créé «le mois des Mémoires de l’Esclavage, du 27 avril au 10 juin, qui a pour volonté de fédérer toutes les dates et de leur donner du sens. Ce mois crée une sorte de narration et de cohérence. Cela permet de fédérer tous les événements.»

Moi, j’ai choisi de commémorer le 27 Mai parce qu’en tant que guadeloupéenne, c’est celle qui fait sens pour moi. Donc depuis quelques années, chaque 27 Mai, je pose ma journée. Je ne vais pas forcément à des rassemblements, ou des commémorations. Déjà parce qu’il n’y en a pas ou peu ce jour-là dans l’Hexagone (la plupart des organisions se mobilisent sur les 10 ou 23 Mai), mais aussi parce que je considère que le simple fait de prendre une pause, de se dire que « mon gouvernement l’ait prévu ou pas, je fais le choix de pour célébrer la victoire des combats de mes ancêtres », c’est suffisant pour moi. J’irai voir ma famille, je ferai des recherches pour Abenafrica, ou peut-être bien que je me contenterai de me reposer. Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que je ne ferai pas du 27 Mai un jour comme les autres, un jour lambda, comme si rien d’important dans mon histoire s’était passé le 27 Mai 1848.

Et toi, connaissais-tu la signification de toutes ces dates ?

Abena

Author Abena

More posts by Abena

Join the discussion 6 Comments

  • Céline dit :

    Cet article est une pépite. Il part d’une conversation avec un collègue donc d’une expérience personnelle pour ensuite ‘drop knowledge’. Bravo ! J’ai souri tout du long et soupiré des “Oui pitite ! Fouté-y ! Han han !” dans le métro…
    Merci! 🌹

  • Prisce dit :

    Merci pour cet éclaircissement je ne connaissais qu’une date et j’étais loin de penser que l’abolition totale avait eu lieu en plusieurs temps…
    Très bon article 😊

    • Abena dit :

      Merci ! J’étais dans le même cas que vous, avant de me pencher sur notre Histoire, je pensais que tout se concentrait autour d’une date à 2-3 jours près, mais c’est très instructif et intéressant de voir comment cela s’est réellement passé !

  • BAKO dit :

    Article très instructif. Je suis Togolaise et je trouve que le programme éducatif de mon pays ne parle pas assez de la traite et de ses répercussions. Surtout qu’elle n’est pas assez contextualisée bien qu’on retrouve encore des vestiges de cette époque. Qu’en est-il du programme français dans les DOM TOM ?

    • Abena dit :

      Merci Bako ! J’ai grandi dans l’Hexagone mais effectivement, on parle un peu plus de l’esclavage et de ses résistants en Guadeloupe ou en Martinique. Cependant cela reste les programmes scolaires français, donc il reste un sujet en marge des différents modules d’Histoire

Leave a Reply